La transformation digitale dans les coopératives.

3 août 2020
"Ce n'est pas la plus forte des espèces qui survit, ni la plus intelligente qui survit. C'est celle qui est la plus adaptable au changement". - Charles Darwin

Ces derniers mois, nous avons entendu dire, de manière active et passive, que les entreprises qui ne se numérisent pas auront beaucoup de mal à survivre, quel que soit le secteur.

Non pas parce qu'ils perdent de la productivité, mais parce que la concurrence utilisera des outils qui les rendront plus productifs, ce qui se traduira par une augmentation de la qualité du service / produit, ou une diminution des coûts. Un processus qui, comme nous l'avons vu, s'est accéléré pour devenir une marche forcée au cours des derniers mois, suite à la COVID-19.

Le secteur agroalimentaire n'échappe pas à cette norme, il est en fait l'un des secteurs les plus innovants. Il y a ceux qui disent que la technologie derrière une tomate est même supérieure à celle d'un iPhone, compte tenu des apports nécessaires, des techniques agricoles, de la logistique jusqu'à ce qu'elle atteigne l'assiette du consommateur...

Retour sur investissement

La digitalisation est un processus qui nécessite un investissement financier, un processus qui implique des coûts croissants dans le présent, mais si elle est bien faite, non seulement le montant contribué sera récupéré, mais des avantages supplémentaires seront également obtenus, comme la conséquence d'une efficacité accrue. Parfois, la peur de perdre cet investissement ou l'aversion pour le changement laissent les grandes entreprises sur le chemin de l'échec, en raison d'un manque d'adaptation à ces temps nouveaux. "Ce n'est pas moi qui le dis", nous dit notre ami Darwin.

Mais quel rôle jouent les coopératives dans la numérisation du secteur ? Adoptent-elles une position proactive, en étudiant comment accroître leur efficacité en utilisant les technologies dont elles disposent ?

"La digitalisation est un concept abstrait, que je considère comme essentiel de ramener à la terre, en s'appuyant sur des mesures concrètes" - Diego Calderón. La question que toute coopérative devrait se poser est donc la suivante :

Comment et où appliquer la transformation digitale ?

La première chose à faire est d'envisager des objectifs spécifiques, ainsi qu'une série de stratégies pour les atteindre. Il est inutile d'utiliser des capteurs d'irrigation super sophistiqués si nous n'avons pas une opinion claire sur ce que nous voulons réaliser et sur la façon dont nous pouvons mesurer le retour sur investissement.

La coopérative doit développer un système d'amélioration constante basé sur 3 points clés : les objectifs, les stratégies et la mesure métrique.

3 points clés : Objectifs - Stratégie - Paramètres

Comme exemple d'objectifs clairs, nous allons mentionner les objectifs que Diego Calderón (directeur adjoint du groupe Unica), a partagé lors du séminaire organisé par Datagri, sur la transformation numérique dans les coopératives :

a) Augmenter la production par mètre carré

b) Améliorer la qualité du produit

c) Réduire les erreurs de prévision

Des objectifs réalisables, accessibles et mesurables

Une fois que nous avons des objectifs réalisables, accessibles et mesurables, nous devons nous poser les questions stratégiques suivantes.

1. Quelle est la technologie la plus appropriée pour atteindre nos objectifs et comment devrions-nous l'utiliser ?

2. Comment mesurer les résultats afin qu'ils justifient l'investissement ?

Et c'est à partir de là qu'il faut envisager les différentes possibilités technologiques qui peuvent aider les agriculteurs et la coopérative à atteindre les objectifs. Analyser s'il vaut la peine d'investir dans des capteurs, des algorithmes d'intelligence artificielle et de Big Data, ou des outils qui facilitent la commercialisation du produit.

 

"La transformation digitale est rentable si l'on étudie au préalable les objectifs à atteindre" - Diego Calderón

Vous voulez lire plus articles ? 

Abonnez-vous à notre newsletter
Merci ! Votre inscription a été reçue !
Oups ! Quelque chose s'est mal passé lors de l'envoi du formulaire.