Fruits et légumes « imparfaits » : le goût est à l'intérieur !

Paola Haiat
27 janvier 2021

Il existe un dicton qui dit que "la beauté se trouve à l'intérieur". Il s'applique à de nombreuses situations de nôtre vie, mais on peut dire qu'il est particulièrement vrai pour les fruits et légumes. Lorsqu'un consommateur se rend au supermarché et se trouve au rayon des fruits et légumes, prêt à choisir ce qu'il va acheter, de vraies questions se posent : qu’est-ce qui guide ses décisions ? Comment décide-t-il d'acheter un produit et pas un autre ? Est-il capable de distinguer les fruits et légumes “laids” des fruits et légumes “beaux” ?

Selon la FAO, 45 % des fruits et légumes sont perdus dans la chaîne d'approvisionnement, de la production à la distributionPour quels motifs peuvent-ils être perdus ? L'existence d'une déformation ou d'un renflement, une taille ou un calibre hors normes ou encore, dans certains cas, une composition qui ne répond pas aux exigences spécifiques des cahiers des charges (jutosité, sucrosité, etc.). Enormément de critères rentrent en jeu. Ce n’est pas simple d’être un fruits ou un légume “parfait” !

Ces “non-conformités” se traduisent par environ 1,3 million de tonnes de nourriture directement gaspillée car elle ne répond pas aux “normes de beauté”.

Mais qu’en est-il des qualités nutrionnelles de ces produits rejetés ? La réalité est qu'il n’y a pas de différence entre ceux-ci et les autres. Les fruits et légumes “imparfaits” ont la même quantité de nutriments que les autres. Ils sont tout aussi sains et ont été cultivés de la même manière que les autres.

Heureusement, ces dernières années, ce préjugé s'est effondré. L'achat et la vente de fruits et légumes “imparfaits” ont été fortement encouragés par des mouvements comme UglyFoodAndVeg

Certains points de vente vont même jusqu’à donner ces fruits et légumes pour qu’ils soient transformés en confitures, soupes ou produits dont l'esthétique n'affecte en aucun cas les qualités nutrionnelles. L'important, en fin de compte, c'est le goût. Des initiatives telles que Espigoladors récupèrent ces aliments et les mettent dans des pâtés, des confitures et des sauces.

D'autres initiatives consacrées à la récupération de ces aliments permettent de donner à ces produits la vie qu'ils méritent. Par exemple, Perfectly imperfect produce, Imperfectus, Imperfect food, Misfits Market ou Full Harvest, ont réussi à créer de nouveaux débouchés pour le commerce des fruits et légumes « imparfaits », jusqu'à présent, étaient destinés à nourrir le gaspillage alimentaire.

Ces succès ont, à leur tour, incité des supermarchés du monde entier à prendre des initiatives telle qu’avoir des fruits et légumes "uniques", comme "Produce with Personality" du supermarché Giant Eagle, "Inglorious Fruits and Vegetables" d'Intermarché, ou encore le pari fait par la chaîne Raley's : vendre des fruits et légumes « imparfaits ». D’ailleurs chez Raley’s, la consommation de poires a même augmenté car celles-ci étaient justement "différentes".

Jusqu'à présent, la différence impliquait une certaine réticence lors de l'acte d’achat de fruits et légumes. Cependant, ces dernières années la tendance et les défis cherchent à modifier les normes selon lesquelles nous mesurons les produits que nous consommons. La réévaluation de ces normes nous aidera à rendre notre chaîne gaspillés auparavant..

Êtes-vous prêt à participer et à apprécier les fruits et légumes pour leur goût et leur beauté intérieure ?

 

 

 

 

Vous voulez lire d'autres contenus tout frais ? Consultez nos derniers articles

Lisez-nous chaque semaine pour tout savoir sur l'industrie des produits frais.

Merci ! Votre inscription a été reçue !
Oups ! Quelque chose s'est mal passé lors de l'envoi du formulaire.